mardi 20 février 2018

Romantika

Nous avons tous nos "chouchous" au jardin, celle-ci en est une !  Dans mon top 5 pour sa couleur sombre, sa floribondité, sa beauté et cette façon particulière d'accentuer les reliefs du rosier.




Je l'ai plantée en 2011, voilà donc près de sept ans qu'elle assure le show, mon dieu comme le temps passe.... et si mon visage commence à avoir quelques rides je puis vous dire que la Romantika garde ELLE toute sa beauté !  Pas de jalousie en tout cas car j'ai plaisir à la retrouver chaque année.


Cette belle clématite Jackmanii,  originaire d'Estonie, commence par un bouton presque noir et s'ouvre en mauve très foncé, elle demande le soleil et ne supporte pas l'ombre, s'accorde avec les rosiers grimpants ayant déjà bien implantés leurs racines car notre belle de nuit en possède aussi de très robustes, l'associer à un jeune rosier peut représenter un risque car la concurrence sera implacable.


Je la taille en mars à 25 cm, la retaille après floraison (juin à septembre) et elle repart pour une course automnale,  elle grimpe facilement à 250 cm/300 cm, le diamètre de la fleur varie entre 10 et 15 cm.  Elle démarre rapidement dès la première année et avec elle point d'attente pour avoir un résultat !

Actuellement elle est associée au grimpant "Louise Dupin" de Mela-Rosa,



et en automne elle couvre encore ses fruits.



bon d'accord, comme c'est une gourmande elle flirte bien un peu aussi avec la clématite toute proche "Mandshurica" et le mariage est plaisant.




Autrefois elle était associée à un grimpant jaune "Perpetualy Yours" que nous avons enlevé.



Allez, SUCCOMBEZ, vous ne le regretterez pas, une Roll Royce cette sublissime....

A pluche !


Siam

vendredi 16 février 2018

Mme Julia Correvon

Toujours dans la foulée de ma présentation des clématites du jardin en voici une de couleur rubis ou rose foncé vif, c'est selon les perceptions de chacun.  


Si vous consultez le web vous vous apercevrez que c'est une "grande", ce genre de clématite qui a elle seule vous garnit un grillage..... mais comme chez moi elle ne dispose pas d'autant de place elle se contente de faire du mieux possible.  Elle est associée au rosier "Open arms" plutôt dans les tons orange/rose, cela pourrait jurer mais je trouve que l'association fonctionne, peut être pas l'idéale mais ça passe.


A vrai dire, c'est une clématite que j'ai récupérée à la jardinerie, minable, ne payant pas de mine je l'ai un peu plantée là où j'avais de la place et pendant trois ans elle est restée insignifiante pour ainsi dire.  L'an dernier toutefois elle m'a fait don d'une belle floraison, probablement que ses racines se sont bien encrées et multipliées et qui sait ce qu'elle me réserve cette année.  En tout cas j'y crois et la trouve charmante.

Encore une Viticella (groupe 3) annoncée à 3 et même 4 mètres de haut (pour presque autant de large), fleurissant de juillet à octobre, diamètre de la fleur 5 à 7 cm qui commence d'ailleurs en "clochette".  Elle supporte le soleil ou la mi-ombre et résiste à -25°C.




Il me plait de rêver de la voir un jour bien charpentée et courant comme une folle parmi les petites roses tel un joli bouquet de fiancée et s'il y avait une leçon à tirer de l'histoire c'est tout simplement de se dire que les clématites savent se faire désirer mais lorsqu'elles sont prêtes elles assument pleinement le spectacle, un peu d'eau, des soins, un bon support, de la patience surtout et la nature fait le reste.

Qui était vraiment "Julia Correvon" ? impossible de trouver la moindre piste mais j'ai juste appris qu'il s'agit d'une famille lausannoise et pour le reste.....

A pluche !

(d'autres clématites la semaine prochaine....)

Siam

mercredi 14 février 2018

Miss Bateman

Revoici une autre clématite du groupe 2 "Hybride à grandes fleurs" et les conseils d'entretien que j'ai signalés dans l'article précédent concernant  "Mrs Cholmondeley" sont les mêmes pour celle-ci.

Elle fleurit donc de mai à juin - taille légère à un mètre - et refleurit de juillet à septembre.


Les fleurs sont assez grandes, entre 10 et 12 cm de diamètre, je la conseillerais plutôt pour un endroit abrité de la pluie car le blanc est un coloris un peu plus compliqué à gérer.  Celle-ci est toutefois striée de vert Vérone très clair avec des anthères mauves ce qui ajoute à son charme.





J'ai du attendre trois ans avoir d'avoir ce résultat, les deux premières années je pestais bien un peu devant le faible développement et le peu de fleurs mais finalement je me réjouis d'avoir tenu bon, elle demande un temps d'adaptation et j'ai pu constater que la reprise au sol était l'an dernier le double par rapport à la plantation, elle prend donc le temps de développer ses racines mais ensuite quel spectacle !




Les plantations de mes clématites sont les mêmes que pour les rosiers, aucune différence , il suffit juste de bien préparer le sol pour un bon résultat, l'automne venu j'ajoute aussi de la fumure pour éviter que le sol ne s'appauvrisse, pour soutenir les floraisons je complète par de l'engrais "spécial clématites".

Les clématites demandent un peu d'attention pour être belles, comme les femmes finalement..... (vous connaissez le slogan "parce que je le vaut bien...).




A pluche !


Siam

mardi 13 février 2018

Mrs Cholmondeley & Etoile Violette, voilà une Lady étoilée !

Je vous présente un couple de clématites formé presqu'au hasard.  A l'époque j'avais planté la couleur lavande et elle n'a pas fleuri, pensant qu'elle ne reviendrait pas j'ai installé une pourpre et puis un jour, surprise ! les deux faisaient la paire, le rosier attenant "Melanie Foucart" ne s'en plaint d'ailleurs pas.




Elles sont de groupes différents, leur entretien n'est donc pas similaire.


On commence par la bleu lavande foncé "Mrs Cholmondeley" - groupe 2 "Hybrides à grandes fleurs" qui atteint les 250 cm de hauteur.  Elle fleurit de mai à juin, je la taille ensuite à un mètre fin juin pour stimuler la seconde floraison, plus abondante qui intervient en juillet jusque septembre.



En mars il ne faut pas la tailler trop fort car cette clématite fleurit sur le bois de l'année précédente et en ne taillant pas trop on garde les grandes fleurs et une bonne floribondité.  Et nous voilà prévenu..... 

La fleur est grande, facilement 15 cm, voire plus avec les années qui passent (si la taille a été respectée), elle résiste à -25°C et offre de petits fruits à l'automne.  Cette clématite a beaucoup de vrilles, elle est donc idéale sur les clôtures, pergolas ou tout support aéré.


Elle tient son nom de Lady Catherine Cholmondeley (1732-1755) morte de complications dues à un accouchement.



L'autre, la pourpre est "Etoile Violette" - groupe 3 "Viticella", plus haute elle atteindra facilement 350 cm et même 400 cm après quelques années bien entendu.   Aussi plus tardive que la précédente elle démarre en juillet jusque début octobre.  Elle fleurit sur de nouvelles tiges, je taille donc à 60 cm début mars pour ne pas avoir un pied dénudé.



La fleur est plus petite, 8 cm de diamètre, résistance à -25°C et demande les mêmes supports que sa complice.




J'aime beaucoup cet ensemble qui réveille le ton doux des roses et même lorsque la pourpre reste seule le spectacle est toujours aussi féérique car la rose, même fanée, a le chic de rester attrayante, voire intrigante....




A pluche !

PS : En lisant le blog de Lilou Anne Collection
j'apprends que l'Utra Violet a été élu couleur de l'année 2018
par Pantone


Siam

dimanche 11 février 2018

Blekitny Aniol ou l'Ange bleu

Voici une jolie clématite appartenant au groupe 3 "Viticella".

D'un joli bleu lavande la fleur atteint les 7 cm de diamètre et le plant frisera la hauteur (après deux ans de culture au minimum) de 3 mètres sans problème, on la laisse d'ailleurs grimper sur un treillis ou une pergola ou on l'utilise en retombante sur un balcon, soleil ou mi-ombre lui conviendront fort bien.


Avec ses pétales légèrement froissés et un peu dentelés cette clématite est vigoureuse, très florifère et attire sans problème papillons et abeilles.




Sa floraison débute en juin et se prolonge jusqu'en septembre, voire jusque mi octobre si le temps est clément, elle apprécie l'engrais spécial clématites et vous remerciera par une généreuse floraison, elle résiste à -25°C.  



Coupez la en mars à 20 cm et assurez vous qu'elle soit, comme toutes les clématites dans un sol drainé mais humide (j'arrose souvent en été, toujours le soir avec de l'eau à température ambiante pour éviter les chocs thermiques, toujours néfastes).

Vous lirez sur le web qu'il faut la protéger du vent, personnellement la mienne est plein vents et s'en porte fort bien, d'ailleurs elle n'a pas de maladie car justement bien aérée.

Ce nom polonais veut dire "Ange Bleu" en référence au célèbre film de Josef von Sternberg (1930) avec l'actrice allemande Marlène Dietrich.


A pluche !

Siam




vendredi 9 février 2018

Bill McKenzie, t'es loin d'être hors jeu tu sais.....

Je vais profiter de cette période hivernale qui ne m'inspire guère en terme de photos et commentaires pour vous présenter, après "Violet Elizabeth" et "Mandshurica" les clématites qui me semblent les plus vigoureuses dans mon jardin et je précise bien "dans mon jardin" car c'est connu un lopin n'est pas l'autre....

J'ai toujours aimé les clématites jaunes car je leur trouve un "je ne sais quoi" d'originalité et de peps, dommage d'ailleurs qu'il n'en existe pas d'oranges car c'est un autre ton que j'affectionne, les goûts et les couleurs comme dirait machin.



J'ai déjà tenté l'expérience de ce ton en introduisant en 2015 "Aureolin" une Tangutica en fleurs dès septembre, grimpant à 300 cm, couplée au rosier jaune pale "Yves Rocher" de Mela Rosa.  Elle n'a jamais poussé probablement perdue parmi les racines d'un rosier fort vigoureux ou alors j'ai mal choisi mon exemplaire.

Retour à la case départ mais cette fois un peu plus sur mes gardes, les clématites jaunes pourraient elles être trop fragiles ?  Coup de bol en septembre 2016, sur un stand lors d'une foire aux plantes, quatre spécimens différents étaient présentés et je n'avais que l'embarras du choix pour retenter l'expérience.  
Un rapide passage avec la main (en douceur) m'a immédiatement fait comprendre que la Bill Mc Kenzie avait des pétales bien plus épais que les autres, signe d'une meilleure résistance aux aléas du climat.  

Allez on tente l'expérience, on verra bien la suite...





La suite je l'ai vue, appréciée et approuvée, pas de regret mais que du plaisir (j'adore cela... pas vous ?).


Bill MacKenzie fait aussi partie du groupe Tangutica, elle porte le nom d'un célèbre joueur de hockey sur glace canadien décédé depuis quelques années.
Elle s'épanouit de juillet à octobre, des fleurs de 5 à 6 cm pour une hauteur de 300 cm (identique à Aureolin en fait), mellifère, adaptée au soleil ou la mi-ombre (le type de sol n'est précisé), résistance à -25°C.
On la taille en mars à 75 cm (perso je taille un chouia plus haut à 90 cm, voire un mètre).



Elle est idéale avec un rosier blanc, plutôt à petites fleurs comme elle et cette fois je l'ai couplée à un autre grimpant Mela-Rosa "Mme Nellie Jacquemart André", qui offre de beaux fruits l'automne venu.  Les deux se marient à ravir, enfin pour moi (pour info Nellie est assez parfumée par temps chaud).




Si elle est belle en été que dire du spectacle offert dès l'automne et l'hiver ?  J'adore ces fanfreluches Charlestonniennes qu'elle offre et plutôt que d'en parler je vous joins les photos....




Je pense que si un jour je trouve une place libre pour en introduire une autre je n'hésiterai pas un instant car ce Bill est aussi entêté que le cocker de la BD "Boule et Bill", du chien, de la résistance, du charme et un coup d'oeil à vous faire fondre....

N'hésitez pas si vous la croisez et trouver lui une belle place car elle vigoureuse et surtout pas malade pour un sou.

A pluche !


Siam